top of page

Comment instaurer une culture du feedback inspirant et motivant ?

Favoriser une culture du feedback est une stratégie.

Tout d'abord, prenons le temps de clarifier notre intention.

Sortir des non-dits ? Pouvoir s'exprimer de manière claire et authentique ? Voir comment faire ensemble pour que les besoins de chacun.e puissent être satisfaits ?


Faire des feedbacks authentiques demande une certaine confiance en soi, en l'autre car lors de ce genre de feed-back, il s'agit de parler de soi, de nos limites, de nos envies, de ce qui nous importe en prenant responsabilité de nos ressentis et besoins.


Quand ils sont envisagés de cette manière, les feedbacks sont au service de tous.

Il s'agit d'un échange basé sur des faits concrets vus à partir de différents points de vue (partagés ou pas), sur ce qui est est important pour chacun.e et des stratégies qui peuvent être mises en place et qui contribuent aux besoins de tous.


Avant de me lancer dans des feedbacks, il peut être utile de m'interroger sur ce que je désire fondamentalement.

Moi, j'adore collaborer car je sais que quand je collabore avec d'autres, je suis plus productive, plus créative. Bref, je déplacerais des montagnes.

Mais parfois, ça ne se passe pas aussi bien, ce n'est pas aussi facile, fluide, léger. Et j'adore la légèreté !

Dans cette situation, je mets d'abord mon attention sur ce qui compte pour moi : vivre de la collaboration de façon légère et joyeuse tout en gardant mon attention sur le résultat afin que je puisse être contente de celui-ci. Je n'abandonne donc pas mes objectifs mais je porte mon attention sur la relation et sur ce que j'aimerais vivre.


Ensuite, je prends le temps de voir si je suis capable d'aborder la personne avec ouverture et curiosité.

Avant de lui parler, je vais m'assurer que je n'ai pas de jugement sur la personne ; que je la vois comme une personne qui fait de son mieux. Sinon, cela risque de partir en cacahouètes.

Si j'ai des jugements, j'écoute ce qu'ils me révèlent, qu'est-ce qui est important pour moi et que je ne vis pas dans cette situation précise ? Qu'est-ce que j'aimerais vivre et que je n'arrive pas à vivre quand la personne agit de cette façon ?

Cette étape est hyper importante et une oreille empathique peut m'aider à clarifier tout cela si je n'y arrive pas seule.


Une fois que j'ai clarifié mon intention et ce qui est important pour moi, je peux voir comment faire pour être claire.

Je clarifie ce qui ne me convient pas de manière précise, ce que je voudrais de manière tout aussi précise tout en n'oubliant pas que je tiens à la collaboration, que c'est même LA condition essentielle pour que je sois productive au travail.


Je vais parler de ce qui est important pour moi et voir comment la personne reçoit ce que je lui exprime (ce qu'elle comprend et ce qu'elle ressent face à la situation que je lui expose) .

Cela me demande de ne pas m'accrocher à tout prix au résultat auquel j'ai pensé au point de départ.

Ce qui nécessite d'avoir confiance qu'ensemble nous pourrons trouver une solution qui tient compte de ce que chacun.e vit, de qui nous empêche de réaliser les choses comme prévu.


Si j'ai confiance que je ne vais pas lâcher ce qui est important pour moi, je peux accueillir un autre point de vue, ce que l'autre personne vit, ce qui est important pour elle. Et dans ce cas, nous pourrons être gagnant.e / gagnant.e.


Evidemment, cela me prend plus de temps que d'exiger, d'imposer mais cela me permet de prendre soin de la qualité relationnelle, de vivre de la collaboration et de profiter des ressources de chacun.e, de l'intelligence collective.

Au final, j'évite de perdre mon temps à résoudre des problèmes, à gérer mon stress, à ruminer, ce qui me prend beaucoup plus d'énergie.


Alors, ça vous tente d'expérimenter, vous aussi, une autre culture du feedback ?

Formation sur ce thème :

- Faire des feedbacks motivants, donner et recevoir de la reconnaissance pour mieux collaborer

https://www.formation-vivance.be/formations-et-inscription



Comments


bottom of page